Projets en cours sur le site expérimental du GREB

 
 

Une ferme pour l’après-pétrole.

Il ne fait plus aucun doute dans nos esprits que nous avons bel et bien entamé la fin de l’ère du pétrole bon marché. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a affirmé, dans sa dernière publication annuelle sur l’énergie (World Energy Outlook 2010), que nous avons atteint le pic du pétrole conventionnel en 2006. Étrangement, malgré son importance capitale pour la poursuite de l’économie telle qu’on la con
naît, cette nouvelle a été très peu diffusée par les médias de masse.

Dans un tel contexte, l’agriculture conventionnelle ne pourra continuer très longtemps et la recherche d’alternatives nécessite du temps. L’agriculture devra se relocaliser, comme toute l’économie par ailleurs (voir Jeff Rubin, Demain, un tout petit monde, Hurtubise, février 2010). Grâce à nos travaux pratiques de recherche et de développement, nous voulons trouver des plantes, des animaux et des méthodes pour nourrir la population locale de façon diversifiée et avec le minimum d’énergie.

Nous comptons, parmi nos nombreuses sources d’inspiration, le New Alchemy Institute avec son concept de « bioshelter ». Nous l’avons adapté pour une échelle un peu plus grande et à un contexte climatique nordique. Le schéma à gauche illustre le concept de ferme que nous développons pour l’après-pétrole. Cliquez dessus pour l’agrandir.


Une serre solaire autonome

Une serre solaire se distingue des autres serres par l’optimisation de l’énergie solaire incidente pour le chauffage de celle-ci. Notre serre solaire expérimentale a une dimension totale de 12’ par 24’ pour la partie sud (construite en 1997) et 12’ par 27’ pour la partie nord (construction prévue en été 2011). Elle est indépendante de tout bâtiment. L’isolation en polystyrène est de R10 po
ur le sol et de R30 pour les murs. Cliquez sur le schéma  de droite pour l’agrandir.

La superficie fenêtrée au sud est de 12 pieds par 24 pieds, constituée de deux couches de polycarbonate. Cette serre servira de laboratoire pour diverses expériences :

  1. essais de phytoépuration d’eaux grises;

  2. essais d’isolation amovible (rideau isolant, panneau isolant, billes de styrène soufflées/aspirées, bulles de savon);

  3. culture sous serre à basse température (consigne minimum à 5°C) dans la partie sud;

  4. serre-abri pour cultures vivaces plus fragiles (pêcher, figuier, cerisier doux… consigne minimale de -10°C) dans la partie nord;

  5. panneau solaire thermique vertical pour aider au chauffage hivernal;

  6. chauffage du sol par les surplus d’air chaud.

Une serre solaire adossée à un bâtiment

Cette serre a une dimension totale de 11 pieds par 23 pieds et est adossée au mur sud de notre bâtiment multifonctionnel. Sa hauteur intérieure moyenne est d’environ 16 pieds. La superficie fenêtrée extérieure est constituée pour l’instant d’une couche de polycarbonate. Cette serre servira de laboratoire pour diverses expériences :

  1. essais de phytoépuration de digestat (résidu liquide de la décomposition anaérobique de matières organiques nécessaire à la production de biogaz);

  2. essais d’isolation amovible (rideau, panneau isolant, bulles de savon);

  3. cultures de vivaces « tropicales » (consigne minimale d’environ 18°C) en multi-niveaux incluant certains élevages;

  4. surplus thermiques pour le chauffage du bâtiment.

Panneaux solaires thermiques

Fabrication, essais et mesures de deux panneaux solaires thermiques de 10 pieds par 12 pieds, intégrés au toit du
bâtiment multifonctionnel et servant pour le chauffage de l’eau et de planchers radiants. Les composantes de ces panneaux se trouvent localement, ils sont peu coûteux et sont faciles à fabriquer.

La photo de gauche montre un tel panneau expérimental installé sur le toit d’un bâtiment dans l’écohameau. Cliquez dessus pour l’agrandir.

Murs solaires thermiques

Fabrication, essais et mesures de deux murs solaires thermiques. L’un mesure 10 pieds par 12 pieds sans stockage de chaleur et l’autre, 8 pieds par 12 pieds avec stockage. Ils sont intégrés aux murs du bâtiment multifonctionnel et servent à le chauffer. Les composantes de ces murs se trouvent localement. Contrairement au mur trombe traditionnel, ces murs sont isolés à plus de R20. La déperdition thermique s’en trouve réduite considérablement.

Essais continus de différents végétaux

L’objectif de nos travaux est de trouver des plantes, des animaux et des méthodes qui permettent de nourrir la population locale de façon diversifiée avec le minimum d’énergie. Notre approche est celle de la permaculture et nous tentons ainsi d’intégrer les systèmes productifs les uns aux
autres.
  1. Essais extérieurs de végétaux « exotiques » pour la région : hêtre à grandes feuilles, caryer ovale, noyer noir, noyer japonais, kiwi rustique…

  2. Essais sous protection de végétaux : vigne à raisin, mûriers, fraisiers et asperges sous serre-tunnel…

  3. Essais d’autres végétaux : variété de tomate Madagascar qui se préserve frais jusqu’en juin, implantation de fraisiers sur paillis biodégradables…

  4. Cultures énergétiques en champs : taillis en agroforesterie (frêne rouge sur prairie de fauche, consoude (pour la phytorémédiation et la production de biogaz)… Voir la consoude sur l’image de droite et cliquez pour l’agrandir.

Diffusion de nos résultats

Actuellement, nos travaux sont entièrement autofinancés par des contrats ainsi que par des investissements personnels de nos membres, en temps et en argent. Dans ce contexte, il nous est difficile de publier facilement et rapidement nos résultats. Évidemment, nous aimerions pouvoir les diffuser plus librement mais nous avons choisi, pour l’instant, d’orienter le peu de moyens financiers dont nous disposons vers l’expérimentation. Nous espérons toujours obtenir un financement pour une plus large diffusion de nos travaux.

 
|||RetourRealisations.html